Quand la réparation du garagiste tourne au cauchemar

L’ACA obtient la condamnation du professionnel n’ayant pas résolu les avaries

Article publié le 14 Septembre 2017

En 2010, Monsieur M. constate des dysfonctionnements sur son véhicule se traduisant par des pertes de puissance conséquentes. Il a alors pris rendez-vous chez un garagiste qui a tenté de remédier à de nombreuses reprises aux avaries constatées sans apporter de réponse durable et définitive.

Ne pouvant utiliser ce véhicule défectueux, Monsieur M. s’est rapproché du Service Juridique de l’Automobile Club Association (ACA) pour être secondé dans ses démarches. Malheureusement, les interventions amiables entreprises pour régler ce différend se sont révélées infructueuses, malgré une expertise contradictoire du véhicule favorable qui démontrait pourtant la responsabilité du garage.

Une procédure judiciaire a donc été intentée par l’ACA qui a conduit à la condamnation du professionnel. Il a été contraint de rembourser la valeur ajoutée du véhicule détruit du fait des travaux inefficaces.

Voici son témoignage :
"Face à beaucoup d'inertie et pas toujours une réelle bonne foi de la part d'un concessionnaire, un automobiliste, seul, peut être désemparé. Voir mon véhicule détruit du fait du concessionnaire, attendre sa condamnation près de trois années, puis cinq années supplémentaires aux fins de régularisation financière et administrative, sont autant d'épreuves dans lesquelles l’ACA m'a accompagnée de bout en bout. Je souhaite le remercier, et plus spécialement ses juristes, très sincèrement pour la compétence et le soutien dont j'ai bénéficié pendant tout ce temps." Monsieur François M.

© Gpointstudio - Shutterstock