De l’utilité de la Commission Consultative des usagers de la signalisation routière

Un projet d’aménagement du centre d’un village a soulevé, de la part de l’un de nos adhérents, ainsi que d’autres habitants certains questionnements.

Article publié le 01 Juin 2013

C’est la création d’un sens unique qui a suscité certaines interrogations quant à son opportunité.

Nous avons, de ce fait, interrogé dans un premier temps la mairie afin d’avoir leur position en la matière. Cette dernière nous a répondu que le projet avait été revu à la baisse et que le sens unique avait été abandonné, à certains endroits, mais maintenu pour des raisons de sécurité dans des zones dits stratégiques comme aux abords de l’école. Ce projet a donc été approuvé par le Conseil municipal et par le Préfet dans cette forme.

Nous avons saisi la Direction Départementale des Territoires de la Préfecture compétente pour que la CCUSR puisse s’occuper de ce dossier afin de vérifier l’argumentaire de la mairie. En effet tout usager relevant certaines incohérences en matière de signalisation routière est en droit de saisir la commission consultative qui aura en charge d’en vérifier la réalité.

Celle-ci nous a indiqué s’être rendue sur place pour procéder aux constatations. À cette issue, elle nous a indiqué ne pouvoir se prononcer sur l’opportunité de la création du sens unique cela relevant du pouvoir de police de circulation du Maire. Néanmoins elle a constaté que l’aménagement réalisé au centre du village améliore la sécurité autour de l’école et de la mairie, justifiant ainsi de son utilité.

Cependant elle a relevé certaines incohérences en matière de signalisation routière dues à une étendue excessive de la zone 30. Suite à cela, elle a soumis à la mairie ses remarques, laquelle a procédé aux modifications.Ainsi la Commission est allée bien au-delà de sa mission de départ et ses investigations ont permis le réajustement de la zone 30 et, de fait, de la signalisation routière s’y afférant.