Un véhicule d’occasion défectueux

Monsieur R. a acquis auprès d’un vendeur professionnel un véhicule d’occasion.

Quelques mois après l’achat, il constate que le véhicule présente des fuites d’huile et qu’il serait affecté d’un défaut au niveau du système d’injection.Il prend alors contact avec le vendeur afin de lui faire part des dysfonctionnements et sollicite de ce fait, soit la prise en charge des frais de remise en état, soit l’annulation de la vente.

Les démarches amiables opérées par ses soins se révélant infructueuses, Monsieur R . a alors pris contact avec le service juridique de l’ACA pour le seconder dans ses interventions.

Après une démarche de mise en cause, le garage a émis une proposition tendant à dénouer amiablement le litige, cette proposition consistant à une participation conséquente à hauteur de 2 500 € aux frais de remise en état soldant ainsi cette affaire.