Actualités Dernières actualités
Sécurité routière
par

Parents au volant : des conducteurs exemplaires ?

Conduire est une tâche difficile qui nécessite une concentration permanente et il n'est pas évident d'avoir toujours une attitude exemplaire. Or, la transmission des bons gestes doit commencer dès le plus jeune âge.

Conduire est une tâche difficile qui nécessite une concentration permanente et il n'est pas évident d'avoir toujours une attitude exemplaire. Or, la transmission des bons gestes doit commencer dès le plus jeune âge. 

Est-ce que la présence d'enfants dans la voiture modifie le comportement des parents ? Comment les enfants perçoivent-ils la conduite de leurs parents ? Quel rapport à la sécurité routière, et plus globalement à la responsabilité et au respect des règles, leur est-il transmis ?

Pour tenter de répondre à ces questions la Fondation Vinci Autoroutes pour une conduite responsable a mené une étude* sur le comportement des parents lorsque leurs enfants sont à bord du véhicule. Des résultats surprenants, ou pas…

LES ENFANTS ONT CONFIANCE DANS LA CONDUITE DE LEURS PARENTS

La note attribuée par les enfants à la conduite des parents est de 8/10 : elle est légèrement supérieure à l'auto-évaluation des parents (7,3 en moyenne). On pourrait penser que c'est un bon résultat. En fait, les enfants perçoivent la voiture comme un prolongement de l'habitation où ils se sentent bien et ont confiance dans la conduite de leurs parents. D'ailleurs ceux-ci modifient leur comportement en leur présence. Cependant, lorsque l'on creuse (et cela est corroboré par une autre étude effectuée par Opinionway**) 86 % des parents reconnaissent qu'il leur est déjà arrivé de ne pas avoir une attitude exemplaire au volant en présence de leur enfant.

DES COMPORTEMENTS À DOUBLE TRANCHANT

Les enquêtes révèlent qu'en présence des enfants, les parents essayent de plus respecter les limitations de vitesse et les temps de pause, sont moins nombreux à consommer plus de 2 verres d'alcool et à conduire en étant fatigué, utilisent un peu moins leurs téléphones portables en conduisant et respectent plus les feux, les stops et les priorités. Par contre, enfants à bord ou pas, ils peuvent s'emporter contre les autres usagers. Dans un souci d'éducation, conscients de leur rôle de modèle et du risque de mimétisme, les parents tentent tout de même de faire des efforts pour ne pas dire de “gros mots” et 2/3 veillent à moins s'énerver en présence de leurs enfants.

LA CEINTURE DE SÉCURITÉ

L'un des premiers comportements à adopter en voiture est de mettre la ceinture de sécurité. Il appartient au conducteur de s'assurer que chacun de ses passagers mineurs est bien retenu par un dispositif adéquat. Outre le risque “sécuritaire”, il s'expose à une amende forfaitaire de 135 € par enfant non attaché ou attaché de façon incorrecte. Pourtant l'étude de Vinci Autoroutes est inquiétante : 22 % des parents ne vérifient pas systématiquement si leur enfant est attaché, 11 % indiquent ne pas attacher leur enfant pour des trajets courts et 17 % des enfants de 8 à 11 ans avouent ne pas s'attacher lors de trajets quotidiens. On rappellera que 34 % des passagers arrière tués en 2014 ne portaient pas de ceinture et qu'au cours d'un choc à 50 km/h la poussée est telle qu'un enfant de 20 kg se transforme en un projectile d'une demi-tonne s'il n'est pas maintenu par un dispositif de retenue adéquat. Par ailleurs, dès 20 km/h, un choc subi sans ceinture peut être mortel.

À CAUSE DES ENFANTS…

“Nous avons prévu de faire le trajet d'une traite, je roulerai de nuit comme ça les enfants dormiront durant le voyage”, c'est souvent ce que font les jeunes parents (moins de 35 ans) qui ont tendance à faire moins de pauses et à rouler plus fréquemment de nuit. Si cette solution peut sembler plus confortable, elle n'est pas recommandée. En effet l'absence de pauses (une pause est conseillée toutes les 2 heures) et la conduite de nuit sont des facteurs de risques avérés. Sur autoroute, un accident mortel sur trois est lié à la somnolence et 45,5 % des accidents mortels ont lieu de nuit alors que cette période représente 10 % du trafic. Par ailleurs, les parents justifient parfois leurs fautes de conduite à cause des enfants, notamment les excès de vitesse qui sont commis par inattention, parce qu'ils sont en retard ou pour être sûr d'arriver à l'heure.

CONDUIRE DE FAÇON EXEMPLAIRE

Conduire est une tâche difficile et nécessite une concentration permanente et il n'est pas évident d'avoir toujours une attitude exemplaire. Ainsi certains parents n'avaient pas apprécié que lors de la “Journée de la courtoisie” organisée en 2014 dans une ville de l'Essonne, un quiz intitulé : “Note tes parents” soit distribué aux enfants par la police municipale. L'introduction était la suivante : “Depuis la banquette arrière de la voiture, cela fait plusieurs années que tu observes tes parents au volant. Te montrent-ils le bon exemple ? Réponds à ces quelques questions sur leurs habitudes de conduite… À la fin, tu découvriras leur note et tu pourras en discuter avec eux. Pour une fois, c'est à toi de distribuer les bons et les mauvais points !”. Le résultat, une sorte de bulletin scolaire, était ensuite remis aux parents avec note et observations. Certains ont vu rouge en voyant leur note avec la mention “bonnet d'âne de la sécurité routière” avec quand même un encouragement à changer de comportement. La méthode était peut-être brutale mais elle avait le mérite d'inciter à une remise en question salutaire…

* L'étude réalisée par Ipsos en juin et novembre 2015 comporte deux volets : une première enquête quantitative réalisée auprès de 1 000 parents et enfants de 8 à 16 ans par Internet et une seconde étude qualitative, élaborée avec l'expertise du Professeur Daniel Marcelli, psychiatre de l'enfant et de l'adolescent, consistant en des entretiens menés au sein de familles.
** À la demande d'Assureurs Prévention.
Contenu sponsorisé