Actualités Dernières actualités
Mobilité
par

Le camping-car et le van ont le vent en poupe

Si la majorité de ses utilisateurs sont retraités, la nouvelle tendance “van-life” émerge, mode de vie nomade séduisant les jeunes branchés en quête de reconnexion avec la nature.

Le camping-car, c'est la liberté. La liberté de pouvoir partir du jour au lendemain, de prendre la route pour participer à une manifestation et découvrir les richesses du territoire français. “Les camping-caristes sont très épicuriens, ajoute Fabienne Yobé, directrice générale de la Fédération Française des Camping-Cars. Ils aiment goûter à la gastronomie française, visiter les villages. Beaucoup d'entre eux sont retraités, avec une moyenne d'âge de 57-58 ans. Cela représente tout de même un investissement, car il faut compter 50 à 60 000 euros en moyenne pour en acquérir un neuf”.

En 2018, la France a enregistré son record historique avec 24 000 véhicules vendus, soit une progression de 12 %. On compte désormais 505 000 camping-cars sur le territoire. Avec deux millions de ces véhicules en circulation en Europe, la France se situe en deuxième place des camping-caristes, juste derrière l'Allemagne.

À cela s'ajoute la vogue des vans : moins encombrants, ils connaissent depuis quelques années une ascension fulgurante, avec une progression de 15 % des ventes de ces véhicules sur la saison 2018-2019, alors que celles des camping-cars progressaient de 3 %. “On appelle cette nouvelle tendance la 'van-life', un mode de vie nomade minimaliste, confie Fabienne Yobé. Ce sont des jeunes qui veulent partir au long cours, être plus proche de la nature. Mais les retraités, qui vivent de plus en plus vieux, adoptent aussi le van, car ils sont plus faciles à conduire”.

ASSIMILÉS À DES VOITURES

Avant de se lancer dans l'acquisition d'un van ou d'un camping-car, Fabienne Yobé recommande d'en louer un. “C'est un mode de vie particulier, il faut tester pour savoir si cela vous plaît vraiment. L'espace y est petit, certains peuvent détester avoir à vider leurs toilettes ou à s'alimenter en eau. C'est une façon de vivre qui peut ne pas convenir à tous”. La Fédération travaille aussi avec les communes françaises pour les sensibiliser à l'accueil de ces véhicules assimilés à une voiture traditionnelle. “Nous avons créé un Conseil accueil camping pour expliquer aux communes les besoins des camping-caristes et mieux les accueillir. Les municipalités sont de plus en plus ouvertes, mais certaines d'entre elles mettent en place des interdictions de stationner abusives, avec des panneaux qui n'existent pas. Notre rôle est de leur expliquer les droits et devoirs des uns et des autres”. La Fédération, qui regroupe quelque 120 000 membres, œuvre pour leur faciliter le quotidien, répondre à leurs questions et problématiques pour vivre au mieux leurs vacances en plein air ! Au même titre que les voitures, les camping-cars peuvent stationner partout. Certaines aires leur sont aménagées gratuitement ou moyennant quelques euros, avec la possibilité de vidanger leurs déchets et de faire le plein d'eau tous les deux-trois jours.

UN MODE DE VACANCES PLUS ÉCOLOGIQUE

Justement, qu'en est-il de l'impact écologique de ces véhicules ? “Des études montrent que c'est un mode de vacances moins polluant que d'être en maison ou à l'hôtel, précise Fabienne Yobé. Le bilan carbone de ces voyageurs est moins élevé, car ils fonctionnent avec des ressources plus limitées. Les constructeurs travaillent beaucoup à améliorer les véhicules pour les rendre plus écolos”. En équipant par exemple les camping-cars ou vans en panneaux solaires ou avec un éclairage led. Côté motorisation, ils évoluent avec les recommandations européennes. “Les nouveaux modèles sont aux normes Euro 6, avec l'objectif de diminuer les gaz à effet de serre. Il faut savoir qu'ils consomment moins que les SUV ou les 4x4. En revanche, si les constructeurs commencent à concevoir des fourgons électriques, le frein pour le camping-car c'est le poids de la batterie, car le poids des camping-cars est limité en tonnage”. Si le camping-car dépasse les 3,5 tonnes, le conducteur devra passer un permis poids lourds. Ce qui n'est pas forcément pour l'arranger.

Chaque année, les puristes se retrouvent au salon des véhicules de loisirs du Bourget fin septembre. Un rendez-vous incontournable que la Fédération souhaite faire évoluer pour suivre les dernières tendances. “Nous souhaiterions créer un vrai espace d'animation pour que les influenceurs, les jeunes générations, expliquent cette nouvelle mouvance et que nous attirions de nouveaux profils”. Les profils de ces voyageurs nomades sont de fait très variés entre ceux qui considèrent leur camping-car comme leur deuxième maison et les plus jeunes qui utilisent les systèmes D.

Les nouvelles générations franchissent le pas car elles peuvent désormais en louer entre particuliers grâce à des sites comme Wikicampers, précise Fabienne Yobé. Les jeunes générations hésitent moins à sous-louer leur van ou camping-car”. Des applications communautaires telles que “Park 4 night” existent aussi pour faciliter le quotidien de ces voyageurs nomades de plus en plus enclin à couper avec les réseaux sociaux pour se reconnecter à la nature.

Pour aller plus loin :

© Adobestock
Contenu sponsorisé