Actualités Dernières actualités
Mobilité
par

La location (longue) a le vent en poupe

Si la LLD a toujours eu la faveur des entreprises, les particuliers se tournent de plus en plus vers ce mode de financement ou la LOA.

Si la Location longue durée (LLD) a toujours eu la faveur des entreprises, les particuliers se tournent de plus en plus vers ce mode de financement ou la Location avec option d'achat (LOA). Alors que l'acquisition d'un véhicule comptant ou par crédit est en recul de 7 points, les dispositifs de location progressent de 26 % pour la LLD et de 18 % pour la LOA par rapport à 2016.

Si l'achat d'une voiture par financement personnel reste majoritaire (70 % des ventes), les dispositifs locatifs ne cessent de gagner du terrain. Selon les chiffres de AAA Data – leader des statistiques automobiles – près de 100 000 véhicules ont été acquis par les particuliers en LOA (ou leasing) depuis le début de l'année et 62 000 en LLD. « La LLD atteint désormais 12 % des nouvelles immatriculations et jusqu'à 25 % des achats de véhicules hybrides. La LOA représente plus de 19 % des nouvelles immatriculations », précise-t-il dans un communiqué.

Toujours selon AAA Data, les moins de 30 ans privilégient davantage ces dispositifs locatifs que l'achat comptant ou par crédit. Moins attachée à la propriété d'un véhicule que ses parents ou grands-parents, la nouvelle génération est attirée par ces modes de financement où le budget-voiture est tenu sans les mauvaises surprises. Les offres incluent en effet souvent l'entretien, l'assistance, l'assurance, l'extension de garantie. Elles permettent également de changer de voiture tous les un à trois ans, ce qui est rassurant quand la valeur résiduelle – à savoir sa valeur à la fin de la période de location - est incertaine. D'autant que la valeur de reprise est définie à l'avance.

Quelques mises en garde

A l'inverse, des inconvénients subsistent. Le loueur s'engage ainsi à ne pas dépasser le kilométrage prévu. S'il le dépasse, les kilomètres supplémentaires sont facturés, et souvent à un taux très élevé. En outre, il faut prévoir les frais de remise en état – bosses, éraflures - à la fin de la durée de location. Enfin, le premier loyer est souvent important, entre 1 500 et 3 500 €.

Ainsi, l'Institut national de la consommation insiste auprès des consommateurs pour qu'ils restent vigilants. « Contrairement aux crédits classiques, la LOA n'impose pas d'indiquer sur le contrat le taux annuel effectif global. Ce qui fait que les consommateurs doivent être très vigilants parce que les petites mensualités peuvent masquer le coût réel de la location. » Par ailleurs, il rappelle qu'en tant que locataire, vous êtes autant responsable du véhicule qu'un propriétaire.

Voiture-propriétaire, le désamour ?

Reste que la pratique a le vent en poupe. Peugeot précisait ainsi que la location représentait plus de 40 % du total des acquisitions des particuliers en 2016. Depuis plusieurs années, les constructeurs mettent d'ailleurs en avant sur leur publicité le prix des mensualités de location plus que le prix d'appel de la voiture neuve.

Si l'on en croit la dernière étude d'ALD Automotive sur les nouvelles mobilités, ce nouveau mode de consommation s'inscrit dans un profond changement des mentalités des Européens par rapport à la voiture propriétaire. De fait, selon cette enquête, pour la moitié des Européens, la voiture-propriétaire n'est plus indispensable que ce soit pour les trajets personnels ou professionnels. Les solutions trouvées ? Le covoiturage, la location longue durée et le VTC. Un nouvel usage de la voiture motivé essentiellement par des raisons économiques et une prise de conscience environnementale.

Pour aller plus loin :

(*) www.clauses-abusives.fr

www.service-public.fr

www.fiscalite-automobile.fr

www.ccfa.fr

© Begalphoto - Shutterstock
Contenu sponsorisé