Renault Captur 2024 : plus polyvalent que jamais !

Renault offre un restylage en profondeur pour son best-seller Captur. Ce SUV, très compact, progresse dans à peu près tous les domaines et devrait assurément conserver sa 2e place de voiture la plus vendue chez Renault.

14/06/2024
3 minutes

Plus de 2 millions de Captur ont été produits depuis son lancement en 2013. En 2019, la seconde génération a même largement contribué au succès de ce SUV urbain. Il faut dire qu'en Europe, 1/3 des ventes concernent le segment B, c'est-à-dire les citadines et SUV urbains. Si on prend juste la France, le Captur, c'est près de 700 000 voitures écoulées. C'est vous dire à quel point Renault n'a pas trop le droit à l'erreur. Mais il faut reconnaître que sur la période, depuis l'arrivée de Luca De Meo il y a 4 ans (il vient d'être reconduit pour un nouveau mandat de Président du groupe), le constructeur enchaîne les succès et son action en bourse s'est envolée en mars dernier après la présentation officielle de la nouvelle R5 100 % électrique. Le plan produit est d'une densité sans précédent pour la marque en travaillant d'un côté sur des véhicules fun et 100 % électriques (R5, Scénic, mais aussi les futures 4L et Twingo) et de l'autre tout une gamme de voitures hybrides (Clio, Captur, Symbioz, Austral, Rafale et Espace).

Un coup de crayon efficace

Bien entendu, ce nouveau Captur ne viendra pas révolutionner le précédent. S'agissant d'un restylage, on conserve la même silhouette tout en travaillant sur certaines zones de la carrosserie. La partie arrière bien sûr et surtout la face avant avec des feux amincis et une calandre plus droite que par le passé. On note d'ailleurs le nouveau losange Renault qui se répète dans le prolongement de la calandre comme une onde ou un écho et les feux latéraux verticaux formés de LED en demi-losange. En ce moment, Gilles Vidal, le patron du design de la marque en met partout. Mais comme ça plaît, pourquoi s'en priver ? À bord, les changements sont moins importants et c'est bien normal. On a surtout revu certains détails comme l'écran vertical désormais doté d'un nouveau système d'info-divertissement plus rapide et plus simple à utiliser. Dans l'ensemble, des éléments comparables à ce que l'on trouve dans la dernière Clio sont également présents, sauf pour les places arrière qui prennent la forme d'une banquette coulissante sur 16 centimètres. On retrouve ainsi ce qui a fait le succès de nombreuses voitures chez le constructeur : la modularité intérieure. Autre détail que l'on apprécie, le bouton situé à gauche du volant permettant de couper toutes les alertes sonores à la conduite que l'on a, au préalable, décidées de ne pas utiliser (comme l'alerte sonore au dépassement de la vitesse autorisée ou l'alerte au changement de vitesse autorisée).

Urbain et routier à la fois !

Au volant de ce nouveau Captur, on retrouve toute la facilité d'une voiture urbaine, simple, manœuvrable qui, cette fois-ci, avale les dos-d'âne sans vous envoyer au plafond. La génération précédente était assez ferme en suspension, celle-ci vous fera prendre la route avec un niveau de confort que l'on trouve sur des voitures de catégories supérieures. Pourquoi ? Parce que les ingénieurs ont ajouté une sorte de ressort supplémentaire qui limite les butées en compression et en extension. Concrètement, le comportement est hyper sain, la prise de roulis modérée et le confort des occupants invite désormais aux voyages. On peut ainsi quitter la ville et partir sur de petites routes, voies rapides ou autoroutes tout en bénéficiant d'un vrai niveau de confort que l'on ne trouvait jusqu'ici que sur son rival de chez Peugeot, le 2008. À cela, ce Captur ajoute une direction un peu plus précise, moins que sur son concurrent, mais efficace. Quatre motorisations sont au programme : 3 cylindres de 90 ch, une version bicarburation essence et GPL de 100 ch, une version essence de 160 ch et une version hybride non rechargeable de 145 ch, celle de notre essai. Il s'agit, comme pour bon nombre de véhicules du groupe Renault (dont la récente Clio), d'un moteur essence 4 cylindres 1,6 litre sans turbo, mais dopé par un moteur électrique. Cette version va privilégier au maximum l'utilisation 100 % électrique. Le moteur essence sert aussi bien de propulseur que de régénérateur. On peut, sur route, décider de privilégier la recharge de la batterie afin de privilégier son utilisation électrique une fois en zone urbaine. À l'arrivée, on consomme environ 4,6 litres en moyenne (chiffres annoncés par le constructeur). Le Captur ne se recharge pas car son système hybride est autonome. En roulant en mode full électrique, on entendra parfois le moteur essence démarrer afin d'alimenter les batteries (comme pour toutes les hybrides non rechargeables), parfois ça surprend, mais c'est tout à fait normal.

Renault semble une fois encore avoir visé juste. Même si le tarif du modèle a bien grimpé depuis la première génération, les prestations en ont largement fait autant.

GALERIE

FICHE TECHNIQUE

Marque Renault
Modèle Captur Full Hybrid Techno
Longueur 4,24 m
Largeur 1,80 m
Hauteur 1,58 m
Coffre de 484 à 616 litres
Moteur 4 cyl. 1,6 litre + micro-hybridation pour 145 ch
Couple maxi. 250 Nm cumulés
Conso moy. (WLTP) : 4,6 l/100 km
Emission en CO2 105 g/km
0 à 100 km/h 10,0 s
Autonomie (WLTP) : jusqu’à 1 000 km
Vitesse maxi. 170 km/h (sur circuit)
Recharge plein en 3 min
Prix à partir de 31 500 €
Bilan écologique neutre 0 €

Actualités et conseils

Découvrir tous nos articles

Renault Rafale : nouvelle voiture du Président Macron

Renault a profité des cérémonies du 14 juillet pour offrir au Président de la République sa nouvelle voiture.

Actus et essais autos 16 juillet 2024

Honda : la Prélude de retour

Honda vient de nous faire parvenir une petite surprise qui pourrait bien devenir réalité dans les années à venir.

Actus et essais autos 12 juillet 2024

Passagers à bord : gare au surnombre !

Avec des amis, nous souhaitons nous rendre à une fête organisée dans la commune d'à côté. Histoire de ne pas multiplier les trajets, pouvons-nous nous serrer et utiliser la banquette arrière à plusieurs ? 

Législation 11 juillet 2024