Audi TT : ToTalement bien !

Audi vient de lancer la 3è génération de TT. Certains lui reprochent de trop ressembler à la génération précédente, ce qui en toute logique entraîne cette question : qu'a-t-il de vraiment de nouveau ?

10/12/2014
3 minutes
En 1998, quelques années après le BMW Z3, Audi lance un petit coupé qui va faire un véritable carton. Abordable, surtout en ces temps de “croissance économique”, le TT, c'est un peu le symbole de réussite des 25/30 ans bossant dans une start-up. Pour sa seconde génération, Audi l'a voulu plus sage, moins tape à l'œil et surtout plus élégant : offrir plus de noblesse au véhicule lui permettant d'accéder au rang de voiture plus “respectable”.

PAREIL, MAIS DIFFÉRENT
Même si cela peut presque faire sourire, le TT troisième du nom ressemble beaucoup à la seconde génération. Pourtant, il suffit de le regarder de près pour s'apercevoir qu'aucun élément de carrosserie n'est partagé avec le précédent. Simple raison, la base n'est plus la même, le regard lui aussi a changé pour quelque chose de plus agressif, même le capot intégrant les 4 anneaux s'inspire plus de R8 que du précédent TT. Enfin la calandre en impose davantage et la signature visuelle de la partie arrière n'a plus rien en commun avec le TT que nous connaissions. Alors oui, c'est certain, la ligne globale reste celle d'un TT. Mais pour quelle raison farfelue Audi serait allé chercher quelque chose de radicalement différent sur un modèle qui plaît dans le monde entier ?

RÉVOLUTION À BORD
Une fois à bord, c'est la révolution ! Autant être clair, il n'est ni question d'augmenter la capacité des deux places arrière toujours aussi symboliques, ni le volume du coffre. Sur un coupé de cette taille, ce n'est tout simplement pas le propos. En fait, là où Audi a fait un choix différent, c'est sur l'ergonomie de la planche de bord. Les commandes de climatisation sont désormais intégrées aux buses d'aération. Le genre de détails qui n'existaient, jusqu'ici, sur aucune voiture de série et qui simplifient la vie et l'espace (moins de boutons). Autre détail assez frappant, les compteurs ont disparu pour laisser place, derrière le volant, à un écran couleur permettant de réunir toutes les informations importantes, mais aussi toutes les fonctions disponibles à bord (GPS, radio, téléphonie, etc.). Tout se commande désormais du volant et se révèle très facile à utiliser. Nommé “Virtual Cockpit”, ce type de présentation va se généraliser sur l'ensemble de la gamme Audi. Outre la suppression de boutons désormais inutiles, cela permet surtout de ne plus avoir le regard déporté vers un écran habituellement situé au sommet de la planche de bord lorsqu'on roule.

PLUS JOUEUR
Justement, au volant, il faut reconnaître que si l'on s'attendait à quelque chose de très neutre, ce nouveau TT s'est révélé un peu plus joueur du train arrière que le précédent. Sans pour autant se révéler piégeux, il dispose d'un ESP un peu moins intrusif dès que l'on opte pour le mode Sport. En restant en mode classique, on note également les progrès de la suspension qui absorbe beaucoup mieux les dégradations de revêtements. Côté motorisations, on appréciera particulièrement le bloc 2,0 litres TFSi qui affiche désormais 230 ch, plus précisément grâce à sa transmission intégrale Quattro permettant de repousser facilement les lois de la physique. Comme la précédente génération, le TT est éga¬lement disponible en diesel. Avec 184 ch, il offre même des prestations suffisamment sportives. Mais pour baisser la consommation et les émissions en CO2, le constructeur a choisi de ne le proposer qu'en traction avant (contrairement au précédent TT TDi disponible uniquement en Quattro). Résultat, le train avant a souvent du mal à contenir les fortes charges de puissance et de couple, ce qui a pour effet de gâcher un peu le plaisir de conduite dans les enchaînements. En passant à la version essence équipée du 2 litres TFSi, on obtient 230 ch que l'on exploitera beaucoup mieux grâce au système Quattro.
Enfin côté tarif, ce nouveau TT démarre autour des 40 000 euros, soit une augmentation moyenne de 1 300 euros par rapport à son prédécesseur, mais compensée par davantage d'équipements.

GALERIE

FICHE TECHNIQUE

Marque Audi
Modèle TT 2,0 TFSi Quattro S-Tronic
Longueur 4.17 m
Largeur 1.82 m
Hauteur 1.35 m
Coffre 305
Moteur 4 cyl. 2,0 litres turbo essence de 230 ch à 4 500 tr/mn
Couple maxi. 370 Nm à 1 600 tr/mn
Conso moy. 6.4
Emission en CO2 149 g/km
0 à 100 km/h 5.3 s
Vitesse maxi. 250 km/h (sur circuit)
Prix 45200 €
Bilan écologique -900 €
Securité
Confort
Budget
Agrément
Sécurité routière 6 airbags, ESP, régulateur adaptatif,…

Actualités et conseils

Découvrir tous nos articles

Audi e-Tron GT : les chiffres en hausse !

Après sa cousine Taycan de Porsche, l’Audi e-Tron GT vient de s’offrir un restylage assez prononcé.

Actus et essais autos 21 juin 2024

Les e-Trophées de l’AMAM 2024 : le Scénic fait le plein !

Organisés par l'Association des Médias Auto et Moto (AMAM), les e-Trophées de l'AMAM consistent à réunir un jury de 25 journalistes (TV, radio, presse et digital) qui, durant 48 heures, vont tester des nouveautés électriques et hybrides.

Actus et essais autos 20 juin 2024

Green NCAP : Acteurs établis et nouveaux venus

Le programme Green NCAP a publié de nouveaux résultats sur les acteurs établis : Honda et FIAT, ainsi que sur le nouvel entrant sur le marché : ZEEKR.

Mobilité 18 juin 2024