Actualités Dernières actualités
Actualités et essais auto
par

Audi Q7 vs Volvo XC90 : duel de géants

Ils sont arrivés il y a quelques semaines sur le marché. Leurs points communs : ils sont vastes, luxueux, offrent 7 places et s’inscrivent comme les meilleurs de leur génération. Mais au final, entre XC90 et Q7, lequel mérite de finir devant chez vous ?

D’un côté 636 000 unités et 500 000 de l’autre. C’est le nombre de Volvo XC90 et d’Audi Q7 vendus dans le monde. Si on croise plus de Q7 dans nos contrées, Volvo a très bien écou­lé son XC90 aux États-Unis et bénéficie d’une petite longévité d’avance. Le grand SUV suédois a débarqué sur les routes en 2002 alors que le Q7 date de 2006. Toujours est-il qu’à l’heure où de nombreux propriétaires de grands SUV haut de gamme se sont tournés vers des engins plus compacts, ces deux rivaux ont largement rempli leur rôle. Leur particularité : ils offrent 7 places. Un chiffre qui n’est pas révolutionnaire mais qui se raréfie sur le marché. Hormis quelques grands monospaces (Espace, Sharan…) rares sont les véhicules vendus sur le vieux conti­nent à pouvoir embarquer 7 personnes tout en conservant un minimum de coffre.

FAITES PLACE !

Dans le cas de nos deux géants (près de 5 mètres pour le Volvo et 5,05 mètres pour l’Audi), on ajoute la possibilité d’aller s’aventurer “presque” partout. Presque, car il ne s’agit pas de tout-terrain purs et durs mais plutôt de véhicules de loisirs misant sur le confort et la sécurité. Pour parler de style, le nouvel Audi Q7 n’a plus grand-chose à voir avec le précédent. Les designers ont quelque peu abandonné le côté élancé pour un imposant break surélevé assez anguleux. Ce Q7 est toutefois mieux en vrai qu’en photo, c’est heureux. La nou­velle génération de Volvo XC90 a de quoi sur­prendre pour la finesse et la fluidité de sa face avant. En fait, il est presque à contre-courant de tout ce qui existe. Plutôt que de faire dans la lourdeur, Volvo fait dans la pureté des lignes et, il faut le reconnaître, le résultat fait beaucoup plus tourner les têtes que le nouveau Q7.

2 PISTES, 2 AMBIANCES

En arrivant dans le Q7 justement, on se prend une belle décharge d’ambiance tech­no. Entendons-nous bien, la présentation est parfaite et les matériaux de très haut niveau. Mais l’intégration d’un écran central en plus du Virtual Cockpit (écran remplaçant les comp­teurs traditionnels découverts dans le récent TT) a de quoi surprendre. De surcroît, la nouvelle console centrale intègre, en plus de l’habituelle molette MMI, un track-pad assez large que l’on peut cliquer, ce qui a tendance à dérouter ! Et ce, même quand on a l’habitude d’utiliser le système MMI (info-divertissement regroupant toutes les fonctions dans une Audi) sans avoir àregarder les boutons. Concrètement, les vendeurs ont vivement intérêt à travailler sur une explication claire et rapide pour l’ensemble des commandes… Du côté de chez Volvo, on se prend… une claque en quelque sorte. D’abord parce que c’est beau, extrêmement beau même ! À vrai dire, rares sont les voitures de nos jours à bénéficier d’une telle finesse de traitement. On l’observe par l’utilisation de matières parfois inédites, mais aussi le coup de crayon de certains éléments. Volvo a visiblement décidé de passer la vitesse supé­rieure en prenant de court ses concurrentes d’outre-Rhin. L’autre surprise, c’est l’ergonomie globale. Osons dire les choses, dans ce domaine, les Allemands sont les meilleurs depuis pas mal de temps (BMW en tête). Sauf que Volvo a visiblement trouvé l’astuce : un écran HD vertical imposant, mais qui bénéficie d’une inter­face belle, simple et très rapide. Résultat, seulement 8 boutons dans l’habitacle du XC90 !

À l’arrière, même combat pour les deux engins. On obtient deux rangées de sièges pouvant accueillir jusqu’à 7 personnes, avec un volume correct même à la 3e rangée. Les coffres sont gigantesques, surtout celui du Q7 qui toise son rival de près de 200 litres tout de même.

CONDUITE : Q7 / SÉCURITÉ : XC90

On a beau retourner la chose dans tous les sens. Comparer un moteur 4 cylindres diesel biturbo de 225 ch à un V6 Tdi de 272 ch n’a pas vraiment de sens. Pourtant, en attendant l’arrivée du système hybride plus puissant (T8) chez Volvo, nous sommes forcés de constater une supériorité germanique dans abso­lument tous les domaines (dynamisme, consomma­tion, agrément). Mais attention, le XC90 ne démérite pas et se place sans doute comme le SUV haut de gamme le plus sûr du monde grâce à son armada de système d’aide la conduite. Le Q7 en propose égale­ment beaucoup et ajoute 4 roues directrices qui non seulement permettent de braquer aussi bien qu’une Fiat 500, mais aussi de passer le test de l’élan à plus de 100 km/h sans faire prendre de roulis à la voiture. Donc, sur la route, avantage Q7 pour la vitrine tech­nologique qu’il représente.

TARIF : 1,5 POUR LE PRIX D’1

Côté tarif, attention, les choses se gâtent. Pas pour Volvo qui, une fois encore, a réussi à serrer ses prix. Concrètement, pour 80 000 euros, vous obtiendrez un XC90 très luxueux avec tout ce qu’il est possible d’avoir dans une voiture haut de gamme. Si vous vou­lez faire la même chose chez Audi, c’est beaucoup plus cher, ça peut même friser les 120 000 euros. Alors c’est certain, on peut aimer Audi à juste titre, mais là… ça demande quand même (une petite) réflexion.

GALERIE

Contenu sponsorisé