Actualités Dernières actualités
Mobilité
par

Vacances d’été : France, Portugal et Grèce en tête des intentions

Après l’annonce du gouvernement en mai de la possibilité de partir cet été - en privilégiant la France - les sites de réservations en ligne ont littéralement explosé.

Partir oui, mais pas sans garantie. Selon un sondage réalisé par l'agence touristique Interface Tourism Group auprès de plus de 1 100 professionnels du tourisme sur quatre marchés européens, 89 % des vacanciers choisiront leur destination en fonction de la sécurité, de la santé et des assurances. Les politiques d'annulation et de remboursement proposées sont également un critère primordial pour 79 % d'entre eux.

UN BUDGET EN BAISSE DE 10 % À 30 %

Selon les professionnels du tourisme, les trois-quarts des sondés privilégieront la France, devant le Portugal (76,31 %) et la Grèce (70,85 %). Si la destination mer reste dans le cœur des Français (67 %), ils sont 7 sur 10 à privilégier des vacances en toute simplicité au plus proche de la nature. “Cette année, nous n'allons pas partir et rester en Alsace, confirme Audrey Touzé, professeure d'anglais. Nous avons décidé de découvrir la région selon des thèmes : châteaux forts, écosystème particulier etc. On n'a pas envie de s'agglutiner sur les plages du sud ou de risquer l'achat d'un billet d'avion, donc on mise sur le local, mais insolite”. Nature et sécurité, donc, même si le gouvernement et les professionnels du tourisme se sont engagés à rembourser les réservations en cas de reprise de l'épidémie.

À l'heure où nous écrivions ces lignes, les hôtels étaient largement boudés (seuls 5 % d'intention des réservations), selon un sondage réalisé entre le 22 et le 28 mai par VVF, au profit des locations saisonnières, des campings ou des clubs de vacances (48 %). Dès l'annonce du déconfinement au 2 juin, le site de Gîtes de France a littéralement croulé sous les demandes. Privés de leurs proches pendant deux longs mois, voire plus, les Français interrogés ont aussi fait part de leur intention de passer leurs vacances chez des amis ou leur famille éloignée (23 %). Un moyen aussi de faire des économies. S'ils ne comptent pas renoncer à leurs vacances, leur budget pourrait diminuer de 10 à 30 %. Selon VVF, leur budget oscillera entre 500 € et 1 000 € par personne pour la majorité des sondés (76 %). 16 % d'entre eux dépenseront entre 1 001 € et 1 500 €, 5 % entre 1 501 € et 2 000 €, et 3 % plus de 2 000 €.

LA VOITURE PLÉBISCITÉE

Comment se déplaceront-ils ? Aucun sondage n'avait encore été réalisé, mais l'automobile, gage de liberté, pourrait être largement plébiscitée. “Nous allons prendre la voiture mais en plusieurs étapes pour vraiment ressentir les vacances et ne pas se stresser, confirme Noémie Boschetti, créatrice du réseau Mums in Strasbourg. Nous avons choisi le home exchange avec des Bretons, comme l'an dernier. Direction l'île de Ré, Carnac, Royan… On va se gaver de mer et de l'ouest !” Le leader du covoiturage Blablacar a également repris du service en ajoutant l'option “Un seul à l'arrière” à ses services, afin d'optimiser la distanciation physique. BlaBlaBus (dont la reprise était annoncée pour fin juin) impose jusqu'à nouvel ordre la réservation d'un siège sur deux, sauf pour les familles qui peuvent s'installer côte à côte. La SNCF a, quant à elle, levé cette restriction d'un fauteuil occupé sur deux à la mi-juin. Les compagnies aériennes reprennent du service progressivement depuis le 15 juin avec des frontières rouvertes à la discrétion des pays et des conditions d'utilisation strictes : port du masque obligatoire, limitation des déplacements dans l'avion et des bagages, remplissage limité.

DE NOUVELLES CONDITIONS DE VOYAGE

Outre le plaisir de voyager et de s'évader, le tourisme représente 7 % du PIB et près de deux millions d'emplois. À l'arrêt depuis mi-mars, le secteur bénéficie d'une aide publique historique de 18 milliards d'euros. “L'effort d'investissement de l'État sera porté par la Banque des Territoires et Bpifrance, qui ont formalisé un plan de relance Tourisme commun de plus de trois milliards d'euros de financements entre aujourd'hui et 2023, sous forme de prêts et d'investissements en fonds propre, selon les détails du plan”, déclarait le Premier ministre, Édouard Philippe. Reste encore à savoir dans quelles conditions nous allons pouvoir profiter des plages ou des lacs de France et d'Europe. Sera-t-il toujours interdit d'y poser une serviette ou d'y faire un pique-nique ? Les voyageurs devront aussi s'adapter aux nouvelles règles sanitaires, notamment dans les hôtels, campings ou clubs, où les buffets seront certes maintenus avec plusieurs services et le lavage des mains obligatoire, mais avec contrôle de température, accès aux piscines limité…

En résumé, des vacances différentes auxquelles nous devrons tous nous adapter.

Pour aller plus loin :

© Shutterstock
Contenu sponsorisé