Actualités Dernières actualités
L'auto et la loi
par

Epreuve pratique permis B et B1 : la liste des questions « 1er secours » dévoilée

A partir du 1er janvier 2018, les candidats à l’épreuve pratique du permis B et B1 seront aussi évalués sur leur connaissance des notions élémentaires de premiers secours

A partir du 1er janvier 2018, les candidats à l'épreuve pratique du permis B et B1 seront aussi évalués sur leur connaissance des notions élémentaires de premiers secours ( voir notre article ici).

Vous trouverez ci-dessous la liste des questions « 1er secours », préparée par un groupe d'experts en lien avec la Sécurité Civile et validée par les services du Ministère de l'Intérieur.

Cette banque de 36 questions s'articule autour des 3 fondamentaux des premiers secours: Protéger, Alerter et Secourir.

Le candidat au permis qui répondra correctement à la question « notions 1er secours » récupérera 1 point (sur les 20 nécessaires).

PROTEGER
1 Comment et pourquoi protéger une zone de danger en cas d'accident routier ? En délimitant clairement et largement la zone de danger de façon visible pour protéger les victimes et éviter un sur-accident.
2 En cas de panne ou d'accident, quel équipement de sécurité doit être porté avant de quitter le véhicule ? Il faut porter le gilet haute visibilité avant de sortir du véhicule.
3 Hors autoroute ou endroits dangereux, en cas de panne ou d'accident, où doit être placé le triangle de pré-signalisation ? Le triangle de pré-signalisation doit être placé à une distance d'environ 30 m de l'accident, ou avant un virage ou un sommet de côte.
4 Dans quelle situation peut-on déplacer une victime ? En présence d'un danger réel, immédiat, non contrôlable. Ce déplacement doit rester exceptionnel.
5 Quelles sont les conditions pour réaliser le dégagement d'urgence d'une victime en présence d'un danger réel, immédiat et non contrôlable ? La victime doit être visible, facile à atteindre et rien ne doit gêner son dégagement. Il faut être sûr(e) de pouvoir réaliser le dégagement de la victime.
6 Si un dégagement d'urgence de la victime est nécessaire, où doit-elle être déplacée ? Dans un endroit suffisamment éloigné du danger et de ses conséquences.
7 Quel comportement adopter en cas de diffusion du signal d'alerte du SAIP ? • se mettre en sécurité ;
• s'informer grâce aux médias, aux sites inter- net des autorités dès que leur consultation est possible ;
• respecter les consignes des autorités.
ALERTER
8 Par quels moyens doit-être réalisée l'alerte des secours ? L'alerte doit être donnée à l'aide d'un téléphone portable ou à défaut d'un téléphone fixe ou d'une borne d'appel d'urgence.
9 Pourquoi l'alerte auprès des services de secours doit-elle être précise et rapide ? Afin de permettre aux services de secours d'apporter les moyens adaptés aux victimes dans le délai le plus court.
10 Quels sont les numéros d'urgence à appeler ? •le 18, numéro d'appel des sapeurs-pompiers ;
•le 15, numéro d'appel des SAMU ;
•le 112, numéro de téléphone réservé aux appels d'urgence et valide dans l'ensemble de l'Union Européenne.
11 Quelles sont les 3 informations à transmettre aux services de secours ? Le numéro de téléphone à partir duquel l'appel est émis, la nature et la localisation la plus précise du problème.
12 À quel moment pouvez vous mettre fin à un appel avec les secours ? Uniquement lorsque notre correspondant nous invite à le faire.
13 Sur autoroute, comment indiquer avec précision les lieux de l'accident depuis un téléphone portable ? Indiquer le numéro de l'autoroute, le sens de circulation et le point kilométrique.
14 Qu'est ce que le Signal d'Alerte et d'Information des Populations (SAIP) ? Un signal destiné à avertir la population d'un danger imminent ou qu'un événement grave est en train de se produire.
15 Comment est diffusée l'alerte émise par le SAIP ? Grâce aux sirènes, aux médias tels que Radio France et France Télévisions, ou encore grâce à l'application mobile SAIP.
16 Comment est composé le signal d'alerte du SAIP diffusé par les sirènes ? Il se compose de deux codes distincts :
• le SNA (Signal National d'Alerte) : variation du signal sur trois cycles successifs
• le signal de fin d'alerte : signal continu.
17 Lors d'un appel avec les services de se- cours, pourquoi devez-vous attendre que votre correspondant vous autorise à rac- crocher ? Car il peut nous conseiller ou nous guider dans la réalisation des gestes à faire, ou ne pas faire, jusqu'à l'arrivée des secours.
SECOURIR
18 Qu'est ce qu'une hémorragie ? C'est une perte de sang prolongée provenant d'une plaie qui ne s'arrête pas. Elle imbibe de sang un mouchoir en quelques secondes.
19 Quels sont les risques pour une personne victime d'une hémorragie ? Entraîner pour la victime une détresse circulatoire ou un arrêt cardiaque.
20 Comment arrêter une hémorragie ? En appuyant fortement sur l'endroit qui saigne avec les doigts ou avec la paume de la main en mettant un tissu propre sur la plaie.
21 Qu'est ce qu'une perte de connaissance ? C'est lorsque la victime ne répond pas et ne ré- agit, mais respire.
22 Quels sont les risques pour une personne en perte de connaissance allongée sur le dos ? L'arrêt respiratoire et l'arrêt cardiaque.
23 Citez les trois manières d'évaluer l'état de conscience d'une victime ? •lui poser des questions simples : « Comment ça va ? », « Vous m'entendez ? »…
•lui secouer doucement les épaules.
•lui prendre la main en lui demandant d'exécuter un ordre simple :« Serrez-moi la main »…
24 Comment vérifier la respiration d'une victime ? Regarder si le ventre et la poitrine se soulèvent et sentir de l'air à l'expiration.
25 Quel comportement adopter en présence d'une victime qui a perdu connaissance (la victime ne répond pas et ne réagit pas, mais respire) ? •la placer en position stable sur le côté, ou position latérale de sécurité ;
•alerter les secours ;
•surveiller la respiration de la victime jusqu'à l'arrivée des secours.
26 Dans quel cas peut-on positionner une victime en Position Latérale de Sécurité ? Si la victime ne répond pas, ne réagit pas et respire.
27 Qu'est ce qu'un arrêt cardiaque ? Le cœur ne fonctionne plus ou fonctionne d'une façon anarchique.
28 Quel est le risque principal d'un arrêt cardiaque sans intervention des secours ? La mort de la victime qui survient en quelques minutes.
29 Pourquoi faut-il pratiquer immédiate- ment une réanimation cardio-pulmonaire sur une victime en arrêt cardiaque ? Car les lésions du cerveau, (consécutives au manque d'oxygène), surviennent dès la première minute.
30 Quel comportement doit-on adopter en présence d'une victime en arrêt cardiaque ? •ALERTER : alerter immédiatement les secours ;
•MASSER : pratiquer une réanimation cardio-pulmonaire ;
•DEFIBRILLER : utiliser un défibrillateur automatisé externe (DAE).
31 Qu'est ce qu'un défibrillateur automatisé externe (DAE) ? C'est un appareil qui peut permettre de rétablir une activité cardiaque normale à une victime en arrêt cardiaque.
32 L'utilisation d'un DAE sur une victime qui n'est pas en arrêt cardiaque présente- t-elle un risque ? Non, car le défibrillateur est automatisé et se déclenche uniquement quand la victime est en arrêt cardiaque.
33 À partir de quel âge peut-on suivre une formation aux premiers secours ? À partir de 10 ans.
34 Un personne non formée peut-elle utiliser un défibrillateur automatisé externe (DAE) ? Oui, grâce aux instructions fournies par l'appareil : schémas et messages vocaux.
35 Quels sont les signes d'un arrêt cardiaque ? La victime ne répond pas, ne réagit pas et ne respire pas ou présente une respiration anormale.
36 Pourquoi ne faut-il pas laisser une personne en perte de connaissance allongée sur le dos ? Car elle risque un étouffement par :
• des liquides présents dans la gorge ;
• la chute de la langue en arrière.