Actualités Dernières actualités
Actus et essais autos
par

Le marché de l’occasion bat des records en 2021 !

Délais de production allongés, composants manquants, pouvoir d’achat en baisse… De nombreux facteurs expliquent cette montée en puissance d’un marché déjà majoritaire.

Avec six millions de voitures vendues en 2021, le marché de l'occasion atteint son record historique, avec un bémol néanmoins pour les véhicules de moins de deux ans. Plus 7,9% par rapport à 2020 : le marché des véhicules d'occasion n'a jamais connu un tel succès. À l'inverse, le marché du neuf enregistre un recul de 25 % par rapport à 2019, année de référence avant COVID. Soit 3,6 véhicules de seconde main vendus contre un neuf. « Nous rencontrons de gros problèmes d'approvisionnement pour les véhicules neufs, précise Raynald Thevenet, directeur général du plus ancien mandataire de France, AutoJM. Avant les voitures se livraient en deux-trois mois, aujourd'hui il faut compter 8 à 10 mois, souvent sur les modèles les plus simples, car les systèmes de production au ralenti misent avant tout sur les modèles suréquipés pour compenser la baisse d'achats… »

Si le marché de l'occasion représente 70 % du marché automobile, ce nouveau bond en avant s'explique selon le spécialiste par un nouveau profil d'acheteurs. « Avant on avait une population qui achetait exclusivement de l'occasion, et une autre qui ne se tournait que vers la première main. Or ces derniers, quand ils se renseignent et comprennent qu'ils ne pourront pas avoir leur modèle avant longtemps, ils se tournent désormais vers l'occasion. » Une tendance qui a motivé le mandataire installé depuis 1975 à se lancer sur le marché de l'occasion : « Nous avons créé la société Okazium et monté une petite équipe dédiée à l'occasion, confie Raynald Thevenet. Cela faisait un moment que l'on y songeait, c'était le moment de se lancer. Nous sommes passés de 0 véhicule d'occasion à 335 vendus en un an, c'est un bon début. »

Hausse des prix de l'ordre de 13 %

Dans le détail, le marché de l'occasion n'a pas progressé de la même manière. Selon Autoways, ce sont les véhicules de plus de deux ans qui ont trouvé preneur. Les véhicules de plus de 5 ans représentant 63, 9% du marché de seconde main.

Côté électrique, les ventes de véhicules d'occasion ont doublé en 2021 ! « Les gens peuvent avoir des véhicules moins chers, jusqu'à moins 25 %, et bénéficient aussi du bonus écologique, souligne le directeur général. Les batteries sont garanties huit ans, donc même si j'acquiers un véhicule de deux ans, j'ai encore six ans devant moi. Il y a aussi l'intérêt monétaire : pour un véhicule de 15/20 000 €, il faut compter un budget de 1 700 € d'essence par an, contre 450 € avec l'électrique… Avec la hausse du carburant, cela pèse dans la balance. » À l'inverse, les ventes de véhicules de moins d'un an et entre un an et deux ans sont en recul respectivement de 11,6 % et 12,3 %. « Le marché de l'occasion est aussi touché par la pénurie, car beaucoup de véhicules de moins d'un an viennent de loueurs d'occasion qui renouvellent leur flotte, mais face au manque de nouveaux modèles, ils ne les remettent pas dans le circuit, analyse Raynald Thevenet. Cette pénurie explique la hausse des prix pour les occasions récentes, alors que le marché des véhicules entre deux et cinq ans est stable. »

Les données d'Autoways confirment cette tendance à la hausse avec des prix qui ont bondi de 13 % entre décembre 2020 et décembre 2021, soit 26 000 € dépensés en moyenne contre 23 000 € fin 2020. Autoscout24 estime en effet que les stocks ont été réduits de 30 % en un an. 2022 sera-t-elle sur la même tendance ? « Nous voyons un début d'éclaircies à travers les nuages, sourit Raynald Thevenet. La production s'arrange lentement, avec des délais raccourcis à 5/6 mois. Mais selon moi, nous devrons attendre fin 2022 pour un retour à la normale. Une usine de production, c'est comme un paquebot, quand elle redémarre, elle ne peut le faire que lentement et pour l'instant, ils ne font que rattraper leur retard. »

Le marché de l'occasion devrait lui se stabiliser, selon le directeur le directeur général d'Autoscout24 France, Vincent Hancart, qui déclarait dans les colonnes du Journal de l'Economie : « Le marché va revenir à un certain équilibre et ne devrait pas atteindre le niveau exceptionnel de 2021. Avec une possible sortie de crise des semi-conducteurs en seconde partie d'année, le marché devrait se stabiliser à des niveaux de prix et de volume plus raisonnables ». De quoi réjouir le consommateur final…

Top 10 des VO en 2021

  • Renault Clio : 406 139
  • Citroën C3 : 176 980
  • Volkswagen Golf : 166 404
  • Renault Twingo : 156 782
  • Peugeot 208 : 156 099
  • Renault Megane : 155 783
  • Peugeot 308 : 149 356
  • Renault Scénic : 138 054
  • Peugeot 206 : 133 501
  • Volkswagen Polo : 118 268

Pour aller plus loin