Actualités Dernières actualités
Actualités et essais auto
par

BMW Série 7 : l’avenir automobile

Lorsque Mercedes décide de mettre la barre plus haut sur sa limousine, cela se traduit par la nouvelle Classe S, arrivée il y a 2 ans sur le marché. Est-ce que BMW arrive à faire mieux avec la nouvelle Série 7 ?

Le prix de base de la nouvelle Série 7 est de 86 500 euros. Une voiture qui fait partie de la catégorie des limousines et qui, à l’instar des Audi Q8 et Mercedes Classe S, ne trouve plus vraiment beaucoup de clients dans l’Hexagone (les clients en question préférant se tourner vers des SUV haut de gamme le plus souvent). Mais, de manière globale, quand BMW lance une nouvelle Série 7, il faut entrevoir clairement le futur de l’automobile. Toutes ses technologies ont vu le jour dans des limousines comme la Série 7 : ce que l’on trouve aujourd’hui dans une Volkswagen Polo ou une Peugeot 208 qui freine et stoppe à l’approche d’un obstacle en ville, d’une Golf qui se gare toute seule ou tout simplement des GPS et des multiples airbags que l’on peut avoir dans toutes les voitures. Alors forcément, quand BMW lance une nouvelle génération de son vaisseau amiral, on est en droit de se demander ce qu’ils ont pu inventer de nouveau pouvant nécessiter un tel achat. 

5,24 MÈTRES, C’EST GIGANTESQUE !

C’est l’une des voitures les plus longues du monde. Imaginez 5,10 mètres de longueur, voire 5,24 mètres pour la version “L”. C’est gigantesque ! De quoi faire passer une Audi A6 ou un Volkswagen Touareg pour une voiture compacte. En fait, sur le papier, cela n’a vraiment rien d’engageant, sauf bien entendu, pour ceux ou celles qui sont confortablement installés à l’arrière (on vous explique plus loin pourquoi). Le conducteur ou “chauffeur” a de quoi se mettre, à priori, dans l’embarras au niveau de sa maniabilité, mais pourtant, il n’en sera rien. Tout d’abord parce que cette limousine dispose, comme la précédente génération, de 4 roues directrices (tournant dans le sens opposé des roues avant), mais aussi de 4 caméras, dont certaines pivotent, permettant d’obtenir une vue tout autour de la voiture et de visualiser le moindre obstacle. Il devient donc extrêmement simple de manœuvrer avec ce véritable paquebot. 

OBÉISSANCE AU DOIGT

Lorsque l’on est à l’avant, on découvre une nouvelle planche de bord et une ergonomie assez familière même si pas mal de boutons ont changé. Bien en¬tendu, on ne mesure plus la présence de cuir et de matériaux nobles. Il y en a presque partout et dans l’ensemble, c’est beau et sobre à la fois. Dans les petites trouvailles, la reconnaissance gestuelle qui permet de prendre ou de refuser un appel, d’agir sur le volume du son ou de changer de morceau. Dans la pratique, ça fonctionne parfaitement, mais est-ce réellement utile ? Compte tenu du fait que cela permet de garder les yeux sur la route, la réponse est oui. Mais si on prend en compte le fait que l’on trouve les boutons de ces mêmes fonctions sur le volant, cela reste à voir. 

ROULER ALLONGÉ 

Une fois à l’arrière, on a beaucoup de place. Dans la version L, on peut même opter pour une fonction allongée dont la mise en place est entièrement automatisée. Outre les deux écrans qui permettent d’avoir les mêmes informations qu’à l’avant, les occupants bénéficient également d’une tablette qui permet de piloter tout ce qui concerne le confort arrière (rideaux, massages dans les sièges, parfum d’ambiance, climatisation arrière, etc.). Pour le reste, cette tablette (de la marque Samsung) fait à peu près la même chose qu’une tablette classique : dès l’instant où on est prêt à investir dans une voiture de ce prix, on en a, le plus souvent, plusieurs chez soi, d’où l’utilité qui, là aussi, reste à voir. En revanche, rouler avec un tel niveau de confort à l’arrière d’une voiture est assez rare. Pour cela, la Série 7 utilise un système découvert sur la Mercedes Classe S il y a 2 ans. Deux caméras qui détectent la moindre imperfection de revêtement et qui font en sorte que les suspensions s’adaptent en conséquence. On obtient ainsi une voiture qui “avale” les dos-d’âne avec une efficacité presque déconcertante. 

AGILE COMME UNE SPORTIVE 

Mais le progrès ne se limite pas là puisque notre mastodonte offre également une agilité bluffante sur petites routes. Les 4 roues motrices, également directrices, la gestion active du roulis et l’abaissement du poids de la voiture (près de 200 kg), grâce à l’utilisation d’une structure partiellement en carbone, permettent de rendre la voiture extrêmement facile et rapide. Mais toute cette technologie s’accompagne aussi d’un niveau de sécurité très élevé. La nouvelle Série 7 est désormais une voiture capable de rouler en quasi autonomie. Grâce à ses caméras, le conducteur n’a plus qu’à garder une main sur le volant et à faire confiance à l’état des marquages au sol. La voiture s’occupe même de respecter les limitations grâce à la lecture des panneaux. Pour finir, la clé, ou plutôt devrions nous dire télé¬commande, intègre un petit écran tactile. Elle permet de démarrer le chauffage ou la climatisation, d’ouvrir la voiture ou encore de connaître son autonomie restante, et tout cela dans un rayon de 300 mètres. Notez toutefois qu’à l’arrivée, il est certain que cette nouvelle génération de Série 7 est impressionnante pour son niveau de sécurité, son confort et son agilité. Pour le côté “voiture connectée ”, il faut reconnaître qu’un smartphone ou une tablette fait aussi bien le travail…

GALERIE

FICHE TECHNIQUE

Modèle 730d
Longueur 5,10 m
Largeur 1,90 m
Hauteur 1,48 m
Coffre 515 litres
Moteur 6 cyl. 3,0 litres diesel de 265 ch à 4 000 tr/mn
Couple maxi. 265 Nm à 4 000 tr/mn
Conso moy. 4,5 l/100km
Emission en CO2 119 g/km
0 à 100 km/h 6,1 s
Vitesse maxi. 250 km/h (sur circuit)
Prix 86 500 €
Bonus écologique neutre 0 €
Securité
Confort
Budget
Agrément
Sécurité routière ESP, 4 roues directrices, régulateur adaptatif, radars anticollision, 6 caméras, 9 airbags, lane assyst, conduite semi-autonome
Contenu sponsorisé