ZAPA : marche arrière toute !

L’Automobile club Association (ACA), association française de défense des automobilistes, se félicite des récentes annonces de la Ministre de l’Ecologie quant à la prise en compte des préoccupations des automobilistes, en indiquant que le gouvernement « était prêt à envisager d’autres pistes que les ZAPA », mesure souhaitée par le précédent gouvernement visant à interdire l'accès des centres urbains aux véhicules anciens.

 

Pour rappel, le 11 juillet 2012, Didier Bollecker, Président de l’ACA avait interpellé les élus des villes candidates en leur rappelant que : 

1) La mise en œuvre d’une ZAPA et son fonctionnement nécessitent un budget qui ne s’auto finance pas. Les charges administratives et financières (signalisation, marquages, contrôles, etc.) sont disproportionnées.

2) les bénéfices environnementaux ne sont pas prouvés dans les pays étrangers ayant adopté de telles dispositions. L’exemple de Potsdam est exemplaire puisque cette ville sans zone environnementale a enregistré entre 2007 et 2008 une amélioration de la qualité de l’air plus importante que sa voisine Berlin, pourtant l’une des premières à mettre en place une zone environnementale en Allemagne.

3) une ZAPA implique des aspects antisociaux évidents :

- des acheteurs de véhicules diesels récents et « bonussés » mais sans filtre à particules privés d'accès aux zones concernées,
- une discrimination à l'égard des personnes ne pouvant acheter des véhicules neufs, notamment les ménages modestes et les jeunes,
- une atteinte aux intérêts de l'économie locale et du tourisme
- coût du remplacement des véhicules pour les acteurs économiques (transporteurs, entreprises.)

L’Automobile Club Association souhaite participer au « Comité interministériel sur la qualité de l’air » afin d’éviter que d’autres solutions, tout aussi inutiles et inefficaces que les ZAPA (ex : abaissement général des limitations de vitesse) ne soient retenues.

Selon Didier Bollecker, Président de l’Automobile Club Association « L’efficacité d’un tel dispositif passera obligatoirement par la gestion du trafic en temps réel (éviter que les automobilistes tournent longuement pour chercher un stationnement) et sur la distribution intelligente des flux de marchandise en milieu urbain. ».