Mise à jour du logiciel truqueur Volkswagen : l'ACA renouvelle ses recommandation

Annoncé à partir du mois d'octobre en France, le rappel des véhicules concernés par le logiciel « truqueur » a commencé dans certains pays européens.

Sous l'égide de la FIA, trois Automobile Clubs européens (ADAC, ÖAMTC et TCS) ont procédé à des tests sur des véhicules de marque Volkswagen et Audi ayant fait l'objet du rappel pour vérifier si la mise à jour du logiciel pouvait avoir ou non un impact sur les niveaux d'émission , la consommation de carburant et/ou les performances du moteur des véhicules.

Quatre véhicules ont été testés : trois Audi Avant 2.0 TDI et une VW Golf 2.0, et trois tests différents ont été effectués : le NEDC (nouveau cycle européen de conduite), qui est le test officiellement utilisé en Europe depuis 1973, la WLTC (procédure d'essai mondiale harmonisée pour les voitures particulières et véhicules utilitaires légers), qui devrait remplacer le NEDC en 2017, et le test autoroutier de l'ADAC, BAB130.

Si les principaux résultats de ces essais ne révèlent aucun écart significatif concernant les émissions de NOX et de CO2 ou encore la consommation de carburant, mesurées via le cycle de test en vigueur selon la législation européenne (Nouveau Cycle Européen de Conduite, NEDC), les autres cycles de test plus représentatifs des conditions de conduite réelles concluent à de plus faibles niveaux d'émissions polluantes.

 Au-delà des résultats des tests qui proviennent d'un échantillon très limité de modèles concernés par le logiciel truqueur, 2 points importants sont à retenir de cette étude concernant plus globalement les homologations des véhicules : 

  • le test NEDC (Nouveau Cycle Européen de Conduite) utilisé actuellement pour déterminer les taux d'émissions de NOx et de CO2 ainsi que la consommation du véhicule, est obsolète,
  • le test NEDC en plus d'être obsolète est réalisé dans des conditions optimisées par les constructeurs creusant les écarts entre leurs données et la réalité. 

Aussi, l'ACA renouvelle ses recommandations et demande au gouvernement et aux instances européennes : 

  • la mise en place de programmes de tests et d'évaluation indépendants qui ont déjà prouvé leur efficacité dans l'amélioration des normes de l'industrie et de la qualité des produits sur le marché (ex : EuroNCAP pour l'amélioration de la sécurité des véhicules), 
  • la mise en œuvre sans attendre de nouveaux cycles de tests, harmonisés au niveau mondial et surtout plus réalistes, telles que les procédures WLTP (Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedure) et RDE (Real Driving Émission). 

« L'affaire Volkswagen démontre l'impérieuse nécessité de réformer les procédures d'homologation des véhicules, l'Etat et les instances européennes doivent s'y atteler sans délai. Il faut restaurer la confiance des consommateurs et leur donner une vision plus exacte des performances des véhicules en conditions réelles de conduite. Il est essentiel d'améliorer l'information des consommateurs et de renforcer la transparence à leur égard. Ils doivent savoir précisément ce qu'ils achètent, quand ils acquièrent un véhicule ! » souligne Didier Bollecker, Président de l'Automobile Club Association.


  • Tags :
  • Volkswagen
  • Dieselgate