Les automobiles et Touring Clubs Européens ont testé 40 stations de vélos en libre-service à travers l'Europe

La plupart des grandes villes d’Europe possèdent un système de vélos en libre-service ; ces stations libre-service font désormais partie du paysage urbain.

L’Automobile Club Association (ACA), les Automobile et Touring Clubs européens se sont associés pour tester – entre le 20 mars et le 20 mai 2012 - 40 systèmes de vélos en libre-service situées dans des grandes villes, à travers 18 pays d’Europe (France, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Italie, Espagne, Portugal, Autriche, Suisse, Grande-Bretagne, Irlande, Danemark, Suède, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Slovénie, République Tchèque). La publication des résultats du test qui a pour objectif premier d’informer les usagers vise également à inciter les opérateurs à adapter et optimiser leurs systèmes.

Les stations ont été jugées selon 4 grands critères ((Accessibilité (35% de la note finale), Informations (26%), Facilité de location (25%), Qualité des vélos (14%)), pour être ensuite classées en 5 catégories allant de « très insuffisant », à « très bon ». (Classement complet ici). NB : Les systèmes de tarification sont tellement différents d’un pays à l’autre qu’il a été impossible de les comparer, les tarifs ne font donc pas partie des critères de classement.

A l’heure des Bilans :

  • Les systèmes de vélos en libre-service ont été classés comme suit :
    • 3 ont été classés « très insuffisants »,
    • 2 sont « insuffisants »
    • 11 sont « acceptables »,
    • 23 sont « bons », soit plus de la moitié des systèmes testés,
    • et un seul a été classé « très bon »
  • Quasiment tous les systèmes testés ont un minimum d’âge pour retirer les vélos fixé à 18 ans (sauf à Copenhague et Aarhus)
  • La majorité des vélos n’ont pas de suspensions (35 systèmes testés sur 40)
  • La plupart des villes testées (26 d’entre elles) ne possèdent pas assez de stations
  • Les vélos de 26 systèmes testés ont un affichage publicitaire
  • La hotline est payante dans 24 des systèmes testés
  • 18 sites Internet sont uniquement dans la langue du pays

 
La France arrive en tête du classement

Les systèmes Vélo’v à Lyon et Vélib’ à Paris occupent les 2 premières places du classement général.
Si Lyon remporte la 1ère place du classement, Paris, détient quant à elle le record absolu du nombre de stations et de vélos en libre circulation (1 751 stations pour 23 900 vélos).

A Lyon, il y a 343 stations pour 4 000 vélos, et presque que des points positifs comme la location accessible à tous, 24/24h et tous les jours de l’année, des stations connectées aux transports publics, une inscription gratuite et facile, un système complètement automatisé pour récupérer et rendre les vélos, des informations disponibles en plusieurs langues… Tout ceci fait du Vélo’v un système presque parfait ! Le système Véli’b à Paris arrive juste derrière le système Lyonnais, en 2ème position de ce classement, pour quelques points de détails comme la hotline qui n’est pas gratuite.

Bruxelles et son système Villo ! se classe en 3ème position, suivi du système Call a Bike à Berlin et Stuttgart (en 4ème et 5ème position).

Le système Le Vélo à Marseille arrive 12ème et Vélhop de Strasbourg 32ème sur 40 (trop peu de stations (14) et de vélos (250), des vélos qui peuvent être rendus uniquement dans la station de départ, un site Internet disponible qu’en français, une hotline payante et l’absence d’application pour les mobiles).

Les Pays-Bas, mauvais élèves !
Contre toute attente, les 3 dernières places - soit les 3 systèmes classés « très insuffisants » - se trouvent aux Pays-Bas, pourtant le « pays du vélo » !

En effet, Utrecht, Amsterdam et la Haye possèdent toutes 3 le même système de vélos en libre-service OV-fiets, et l’on retrouve donc les mêmes inconvénients dans ces 3 villes : peu de stations et de vélos (Amsterdam par exemple ne possède que 14 stations pour 562 vélos), des horaires d’ouverture différents selon les stations, pas de point de vente avec du personnel, une inscription payante et uniquement par Internet, un paiement par prélèvement automatique uniquement, les vélos ne peuvent pas être pris immédiatement et doivent être rendus dans une station spécifique, un site Internet seulement en néerlandais, pas d’informations en temps réel ni de hotline, des instructions disponibles aux stations uniquement en néerlandais et des vélos sans suspensions ni vitesses…

Quelques Particularités à souligner en Europe :
 

  • L’Allemagne, qui voit ses 7 systèmes classés « bons », dont le système Call a Bike qui met à disposition 60 vélos électriques à la location à Stuttgart, et qui propose un système unique à Cologne et Munich : les vélos ne se trouvent pas dans des stations dédiées mais peuvent être retirés n’importe où dans la rue.
     
  • Les systèmes Aarhus bycykel et Bycyklen i København au Danemark ont été classés « acceptables » mais ils sont totalement gratuits (en effet, il suffit d’une pièce de 20 couronnes danoise que l’on récupère lorsque l’on rend le vélo).
     
  • Le système Buga au Portugal est lui aussi gratuit, mais a été classé insuffisant car il n’y a qu’un seul point de vente, une seule station pour les 200 vélos disponibles.
     
  • Le système Bicing à Barcelone a lui aussi été classé insuffisant, car réservé uniquement aux habitants de la ville !