L'Automobile Club Association publie les résultats du sondage adressé aux candidats à la Présidentielle 2012

100% des candidats répondants* sont favorables à :
 
- une répercussion IMMEDIATE des prix du carburant à la pompe,
- une formation continue des conducteurs,
- une approche globale en matière de qualité de l’air et non à des mesures systématiquement restrictives et répressives
 

A un mois du premier tour des élections présidentielles, l’Automobile Club Association (ACA), représentant des automobilistes, publie les résultats d’un sondage adressé aux candidats à la Présidentielles 2012. Vigilant aux mesures qui seront mises en place, l’ACA s’assurera - après l’élection - que les actes soient conformes aux engagements. 
 
Soucieux de défendre au mieux les droits de ses 700 000 membres et des 36 millions automobilistes français et de les informer en leur apportant des réponses concrètes, l’ACA a souhaité poser 7 questions aux candidats (cliquez ici) sur quatre grands thèmes sociétaux : Mobilité, Politique fiscale, Environnement et Sécurité routière. 
 

- Tous les répondants indiquent que l’automobile doit continuer à jouer un rôle important pour la mobilité des citoyens : 
 
« disposer d’un véhicule est une condition nécessaire à l’emploi et à une vie normale pour la plupart des français » (N.Sarkozy)
 
« (…) En périphérie des villes et en zone rurale, les mobilités sont ainsi plus dépendantes de la voiture qui reste encore souvent une condition sine qua non de l’obtention d’un emploi » (F. Hollande)
 
« oui, la voiture gardera une place importante pour répondre aux besoins de mobilité des citoyens » (E. Joly)
 
- Tous les candidats sont favorables à une répercussion immédiate de la baisse des prix du carburant à la pompe en cas de baisse des cours du prix du pétrole mais ont des avis très partagés quant à la mise en place d’un dispositif de stabilisation des prix en cas de hausse du carburant :
 
« Faire croire aux Français que l’on peut bloquer les prix des carburants alors qu’il s’agit d’un produit importé, c’est leur mentir. Mettre en place une TIPP flottante tout autant » (N.Sarkozy)
 
« J’entends mettre en œuvre, à titre exceptionnel et temporaire, une mesure de blocage des prix des carburants. Dans un deuxième temps, je souhaite que l’État ne ponctionne pas davantage les consommateurs (…). C’est pourquoi j’ai proposé la mise en place d’une TIPP flottante. » (F. Hollande)
 
Eva Joly déclare quant à elle « j’ai des réserves sur une modulation de la taxe sur les carburants (ex.-TIPP) de type flottante.
 

- En matière environnementale, les candidats se déclarent favorables à une approche globale en termes de qualité de l’air plutôt qu’à des mesures systématiquement restrictives et répressives :
 
« Oui, l’amélioration de la qualité de l’air doit faire l’objet de réflexions globales (…) » (E. Joly)
 
« À Paris, je ne cautionne pas les projets de la Mairie de Paris de fermer la circulation automobile sur certains axes ou la réduire fortement (...) » (N. Sarkozy)
 
F. Hollande souhaite « mener dans ce domaine une politique cohérente, qui concilie besoins de la population et maîtrise des pollutions. Il nous faut développer d’autres manières de se déplacer, de transporter (…).
 
« Le front de gauche refuse de voir mis en place des politiques qui pénaliseraient financièrement les citoyens qui ont été contraints du fait de la spéculation foncière de se loger toujours plus loin (…) » (J.L Melenchon)
 
- Malgré un consensus en matière de sécurité routière, notons cependant quelques divergences dans les solutions proposées et leur mise en œuvre.
 
Les candidats sont TOUS favorables à une formation continue du conducteur ainsi qu’au maintien d’un système « contrôle/sanction » avec des axes de réflexions différents :

 
Si pour F. Hollande « les limitations de vitesse doivent être adaptées au plus près du terrain (…) de même sans affaiblir l'impact du permis à points, des améliorations sont envisageables, en simplifiant les diverses durées de récupération de points… », E. Joly à un discours plus tranché « tout message de plus grande tolérance en matière de respect des vitesses limites autorisées se traduit par une recrudescence des comportements dangereux. »
 
JL Mélenchon affirme : « Il faut repenser la formation au permis de conduire. »
 
Quant à la mise en place d’un contrôle indépendant des infrastructures, SEUL Nicolas Sarkozy s’y oppose compte-tenu du « contexte actuel des finances publiques » s’opposant ainsi à E. Joly, F. Hollande, J.L Melenchon et Nicolas Dupont-Aignan.
 
Retrouvez les questions sur www.automobile-club.org

* RÉPONDANTS
Questionnaire adressé aux 10 candidats à l’élection présidentielle.
Ont répondu : N. Sarkozy, F. Hollande, J. L Mélenchon, E. Joly, N Dupont-Aignan, M. Le Pen.
N’ont pas répondu : F. Bayrou, P. Poutou et J. Cheminade.
Nathalie Arthaud n ‘a pas souhaité répondre.