Circulation alternée pour lutter contre les pics de pollution : Une mesure « précipitée, inefficace et dont la cible est facile » selon l'Automobile Club Association

Pour faire face aux pics de pollutions qui persistent depuis plusieurs jours dans la Capitale et dans une vingtaine de ville de la petite couronne, le gouvernement a annoncé la mise en place de la circulation alternée dès lundi.
 
Une « mesure d’annonce » qui va surtout générer la « pagaille », pénaliser les ménages modestes et les familles de la couronne qui ont besoin de se déplacer en voiture » et engendrer des coûts économiques supplémentaires selon l’Automobile Club Association (ACA), principale organisation française de défense des automobilistes.
 
Si l’ACA admet que la part routière représente près de 18%* des émissions de particules dans l’air, l’association (se) demande : Qu’en est-il des 82% restant ? Des mesures sont-elles prises dans les secteurs résidentiels, tertiaires, industriels, agricoles, etc. ?
 
« Il s’agit d’une mesure d’affichage ! » déclare Didier Bollecker, Président de l'Automobile Club association (ACA), avant de poursuivre, « Dans tous les pays où cette mesure a été prise, elle n'a eu aucun effet. Tant qu'on ne règlera pas les problèmes de fond comme le stationnement, sachant que 20% des voitures roulent pour trouver une place où se garer, on ne règlera rien ! »,
et de conclure « Une fois de plus l’automobiliste est une cible facile alors qu'il semble que le chauffage urbain pollue davantage mais personne ne demande d'alterner le chauffage. »

 
* La part routière dans les émissions de particules est de 14% pour les particules PM10, et 17% pour les particules PM2,5 et 1,0. Source : Centre Interprofessionnel Technique d'Etudes de la Pollution Atmosphérique (CITEPA) Avril 2013