Budget de l'Automobiliste 2009 : De nombreux contrastes dans un contexte très incertain

Depuis 1987, le « Budget de l’automobiliste français » publié par L’Automobile Club, Association Française des Automobilistes (ACAFA) est une photographie des dépenses moyennes effectuées par un automobiliste « type » au cours de toute l’année précédente.

La crise financière a eu des effets sur l'activité du marché automobile en 2009 et les prix des carburants sont redescendus de leurs sommets de 2008.

Dans ce contexte, le Budget 2009 de la Clio essence s'établit à 5 609 €, en progression de près de 1,7 % par rapport à 2008, car des facteurs contradictoires sont intervenus :
 

  • le kilométrage annuel est descendu de plus de 2 % à 9163 km, (les plus gros rouleurs continuent de migrer vers le diesel)
  • le prix du super a baissé de près de 11 %,
  • mais le grand écart vient de la valeur de reprise de la Clio de 4 ans, en baisse de 9,3 %, en raison du bonus malus qui a affecté profondément le marché de l'occasion.


Le budget du propriétaire de la 308 diesel connaît pour sa part une baisse de plus de 3 % à 7 346 €. Son kilométrage est resté quasi stable à 15 853 km, et son bonus de 700 €, ajouté à un carburant en dégringolade de 21 % en 2009, a largement compensé la perte de valeur de reprise

L’Automobile Club constate qu’au cours d’une année 2009 qui a connu une inflation de 0,1 %, la carte grise et les frais financiers sont restés stables, mais les dépenses de péages ont augmenté de 6 %, et l'entretien de 1,3 %.

Le nombre de morts et de blessés sur la route a diminué de plus de 8 % en 2008, mais la prime d'assurance a baissé de moins de 1 % en 2009.

Tous les ans, un nombre régulier d'automobilistes migre de l'essence au diesel. Si l'écart de taxation se maintient entre les deux carburants, la nouvelle frontière entre l'essence et le diesel se situe désormais dès 9 200 km.

Didier BOLLECKER, Président de l’Automobile Club, a rappelé le poids des taxes qui pèsent toujours aussi lourd : « alors que pour la très grande majorité des produits et services, il y a 16 € de taxes dans 100 € d’achat, l’automobiliste paye 26 € de taxes dans 100 € dépensés pour une Clio essence neuve ».

Deux ans de bonus malus et une prime à la casse ont eu plusieurs conséquences :
 

  • les immatriculations de voitures neuves ont augmenté de 10 %,
  • le parc automobile est débarrassé de voitures âgées, polluantes et dangereuses,
  • on diminue les émissions de CO2 à la fois par les voitures neuves entrantes et par les voitures sortantes,


Mais des questions demeurent
 

  • les petits véhicules vendus dans la cadre du bonus malus n’étaient pas tous équipés de filtres à particules (FAP) qui luttent contre la pollution
  • les véhicules supplémentaires vendus sont fabriqués majoritairement hors de France,
  • 2,2 millions d'automobilistes ont payé moins cher leur voiture neuve, mais les 28 millions restants ont vu leur patrimoine automobile diminuer fortement de valeur, par l'effondrement de la cote en deux ans,
  • les ménages les plus modestes n’en ont pas bénéficié


Le Président Didier BOLLECKER a conclu en indiquant que « dans une situation économique difficile, il convient de rappeler que l’automobile constitue le vecteur essentiel du développement de nos économies, et un outil privilégié de l’accès à l’emploi pour toute la population, qui souhaite tout à la fois améliorer son budget automobile, préserver l’environnement, rouler plus en sécurité sur les routes, et tout cela sans devoir subir de restrictions inutiles à sa mobilité ».

Le dossier du budget est disponible sur www.automobileclub.org/budget