​Circuler à pied / Réglementation autour du piéton

 Qu'est-ce qu'un piéton ?

Le piéton est un usager de la route qui se déplace à pied.

Sont assimilés aux piétons les personnes :

  • conduisant une voiture d’enfant, de malade ou d’infirme ou autre véhicule de petite dimension sans moteur (dont les utilisateurs d'engins de déplacement non motorisé comme les skateboard et trottinette par exemple). 
  • qui poussent à la main un engin de déplacement personnel motorisé, un cycle ou cyclomoteur ;
  • handicapées en fauteuil roulant manuel ou circulant au pas.

Le piéton, comme tout usager de la route, est soumis au Code de la route.

 Les signalisations expérimentales

Passage protégé en 3D C'est un passage piéton de plusieurs couleurs et présentant un effet de relief, ce qui le rend plus visible et améliore la sécurité des piétons.

Décompteur de temps d’attente piéton Depuis 2017, le port du casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans qu’ils soient conducteurs ou passagers.

  • la durée du feu rouge : Quand le feu piéton est vert, le décompteur est éteint. Dès que le feu passe au rouge, l’appareil affiche le temps d'attente pour le piéton avant de pouvoir traverser, et ce pour l'inciter à attendre plutôt que de traverser au rouge.
  • celle du feu vert pour le piéton : Le décompteur est éteint quand le feu piéton est rouge. Quand le feu passe au vert, l’appareil affiche le temps restant au piéton pour traverser avant le passage au rouge.

Dans les 2 cas, le compteur n’est pas visible par les automobilistes.

 La signalisation dédiée aux piétons

Panneau “interdit aux piétons”

Panneau “Chemin obligatoire pour piétons”

Panneau d'indication d'un passage pour piétons

Panneau indiquant un passage protégé, alerte d’un danger

Signal lumineux bicolore régulant la traversée des passages protégés



Zone tampon de sécurité devant les passages protégés
Les collectivités locales peuvent aménager les abords d’un passage piéton, en installant une zone tampon. Entre 2 et 5 mètres en amont des passages piétons, la zone tampon se matérialise par un marquage au sol représentant des traits discontinus.

En pratique, ce n’est pas une ligne de stop. Les véhicules doivent uniquement s’arrêter à hauteur de cette ligne d’effet si un piéton veut traverser ou manifeste son intention de le faire.

 La circulation du piéton...

... dans l'aire piétonne

Zone affectée à la circulation des piétons, située en agglomération, hors routes à grande circulation.

Les piétons sont prioritaires. Seuls les véhicules autorisés et les vélos peuvent y circuler à l’allure au pas.

... dans la zone de rencontre

Zone affectée à la circulation de tous les usagers de la route, située en agglomération.

Les piétons sont autorisés à y circuler sur la chaussée sans stationner et bénéficient de la priorité sur les véhicules. Vitesse limitée à 20 km/h.

... dans la zone 30

Zone affectée à la circulation de tous les usagers de la route. La vitesse est réduite à 30 km/h.

Le piéton n'est pas prioritaire et doit utiliser les espaces qui lui sont réservés (trottoirs).

... dans la voie verte

Route exclusivement réservée à la circulation des véhicules non motorisés, des piétons et des cavaliers.

... en groupe

Les groupes de piétons, lorsqu’ils ne circulent pas en file indienne, ne doivent pas dépasser 20 mètres et chacun des groupes doit être distant d’au moins 50 mètres.

La nuit ou lorsque la visibilité est insuffisante, chaque groupe doit être signalé par :

  • un feu blanc allumé à l’avant,
  • un feu rouge allumé à l’arrière.

L’utilisation des feux n’est pas obligatoire quand le groupe s’arrête en agglomération, et que l’éclairage est suffisant.

En cas de cortèges, convois ou processions, les participants doivent se tenir sur la droite de la chaussée dans leur sens de marche, de manière à en laisser libre au moins toute la moitié gauche.

Les troupes militaires, les forces de police en formation de marche ou les groupe de piétons doivent hors agglomération se tenir sur le bord gauche de la chaussée dans le sens de leur marche, sauf si cela risque de compromettre leur sécurité ou en cas de circonstances particulières.

 Le piéton peut-il...

... circuler sur la chaussée?

En présence de trottoirs ou d’accotements réservés aux piétons ou normalement praticables par ceux-ci, le piéton doit les utiliser.

En l’absence de trottoirs ou d’accotements (ou s’ils sont impraticables) le piéton peut circuler sur la chaussée mais en prenant les précautions nécessaires et en empruntant l’un des bords.

Les piétons avec des objets encombrants peuvent emprunter la chaussée si leur circulation sur le trottoir ou l'accotement risque de causer une gêne importante aux autres piétons.

Les handicapés en chaise roulante peuvent circuler sur la chaussée.

Hors agglomération, le piéton doit se tenir près du bord gauche de la chaussée, sauf circonstances particulières (manque de visibilité, zone de travaux...), et dans le sens de sa marche pour voir les véhicules arriver en face et être vu par ces derniers.

...traverser la chaussée où il le souhaite ?

Non. Hors aire piétonne et zone de rencontre, le piéton doit emprunter les passages protégés lorsqu’il en existe à moins de 50 mètres.

À défaut de passage protégé à 50 mètres, et hors intersection, il faut traverser selon un axe perpendiculaire à la chaussée. Aux intersections où il n’existe pas de passage protégé, le piéton doit traverser la chaussée dans le prolongement du trottoir (pas en diagonale).

Il est interdit aux piétons de circuler sur la chaussée d’une place ou d’une intersection, sauf s’il existe un passage permettant une traversée directe. Dans le cas contraire, le piéton devra traverser autant de chaussées que nécessaire sur des passages protégés.

Lorsque que la traversée réglée par un feu de signalisation ou un agent chargé de la circulation, le piéton ne peut s’engager que lorsque le feu est au vert pour lui ou que l’agent l’y autorise.

Sanction en cas de non-respect des règles : amende de 4 €.

... emprunter les pistes cyclables ?

Non, la piste cyclable est réservée aux cycles à 2 ou 3 roues.

... circuler sur l’autoroute ?

Non, l’accès des autoroutes est strictement interdit aux piétons.

Sanction en cas de non-respect des règles : amende de 4 €.
CdR* : article R.421-2

...traverser la voie ferrée si le feu clignotant est actionné ?

Lorsque la traversée d’une voie ferrée est réglée par un feu rouge clignotant, le piéton ne peut s’engager que lorsque le feu en fonctionnement est éteint.
CdR* : article R.412-41

 Des règles pour garantir la sécurité des piétons

La priorité du piéton

Le piéton est un usager vulnérable.

Lorsqu’un piéton s’engage ou manifeste de manière claire son intention de traverser la chaussée (par un contact visuel ou son positionnement sur le bord du trottoir), le conducteur est tenu de lui céder le passage, en s’arrêtant au besoin. Les conducteurs dépassant un autre véhicule à l’approche des passages protégés doivent s'assurer au préalable qu’aucun piéton n’est engagé sur ledit passage.

L’automobiliste s’expose à une verbalisation pour refus de priorité si le piéton traverse :

  • dans le prolongement du trottoir;
  • de façon perpendiculaire à l’axe des chaussées et contournement des places;
  • sur le passage piéton (s’il est à moins de 50 mètres) ;
  • en respectant de la signalisation lumineuse si le passage piéton est géré par feux ;
  • en respectant des accès interdits.

L’automobiliste peut être sanctionné même si le piéton s’engage sur la chaussée hors d’un passage protégé si sa traversée respecte les prescriptions précitées.

Sanctions en cas de non-respect des règles

Stationnement et visibilité du piéton

En cas d’arrêt ou stationnement d’un véhicule empiétant sur un passage protégé, le contrevenant s’expose à une amende de 35 €.

En cas d’arrêt ou stationnement sur le passage protégé ou à une distance de 5 mètres en amont du passage protégé dans le sens de la circulation, en dehors d’emplacements matérialisés (sauf motocyclette ou cyclomoteur), le conducteur s’expose à une amende de 135 € et une immobilisation et mise en fourrière du véhicule.

Le piéton doit-il avoir des équipements?

Cela dépend.

Par contre, la nuit ou en cas de faible visibilité, il est recommandé, pour des raisons de sécurité, que le piéton soit revêtu de vêtements clairs ou réfléchissants pour permettre aux autres usagers de la route de le voir.

En revanche, en cas de panne ou de situation d’urgence nécessitant d’emprunter la bande d’arrêt d’urgence, le conducteur qui sort de son véhicule devient piéton et doit alors revêtir son gilet de sécurité.

Sanction en cas de non-respect des règles : amende de 135 €.

 L’accident

En cas de faute du piéton, l’assurance peut-elle refuser de l’indemniser ?

La loi Badinter, dans le cadre d’un sinistre impliquant un véhicule terrestre à moteur indemnise le piéton sans que puisse lui être opposé sa propre faute, sauf lorsqu'il a volontairement recherché le dommage qu'il a subi (faute volontaire d’une exceptionnelle gravité exposant sans raison valable son auteur à un danger dont il aurait du avoir conscience).

Néanmoins, si la victime est âgée de moins de 16 ans ou de plus de 70 ans, ou lorsqu’elle est titulaire, au moment de l'accident, d’une invalidité d’au moins 80 %, elle est dans tous les cas, indemnisée de ses blessures.

Contenu sponsorisé